microgreffe capillaire : accueil microgreffe capillaire : contact microgreffe capillaire : forum
 

 

UNE TECHNOLOGIE DE POINTE

Elle permet d'établir un diagnostic
précis sur l'origine de la perte de
vos cheveux.

  microgreffe capillaire : perte cheveux
la microgreffe
technologie de pointe
microgreffe capillaire : FAQ
microgreffe capillaire : presse

 

 

 

Le diagnostic

- Le bilan capillaire informatisé
- La simulation d'images

- Intérêt des différents tests

- Conclusion des tests

- Classification de la calvitie
- Le bilan final du diagnostic

L'intervention

- Posez-vous des questions

- Conseils pré-opératoires
- Les différentes étapes
- Conseils post-opératoires

Nos points forts

- Les atouts techniques
- Les atouts esthétiques
- Les atouts scientifiques
- Les atouts humains




Discussion sur le bilan final du diagnostic patient - praticien


"La discussion est le tamis de la vérité"

Pour moi, il n'y a pas un patient et une calvitie,
il y a des patients et des calvities.

Le couple chauve / calvitie est une entité unique dont il faut obligatoirement faire le tour pour pouvoir répondre à chaque demande spécifique.



Q :
Ce couple chauve / calvitie, comment en faites-vous le tour ?

R : Je regarde, j'interroge, mais avant tout j'écoute. Il faut amener le patient à parler, à parler de lui, de l'impact de sa calvitie sur sa vie. Il faut comprendre ce qu'il espère, comment il voit le résultat de l'intervention qu'il envisage, quelles sont ses craintes pour le présent et pour l'avenir. On ne peut donner de réponses qu'aux questions qui sont posées ; il faut savoir inspirer confiance, susciter les questions, et ne négliger aucune réponse.
En tant que thérapeute, je me dois de répondre le plus parfaitement possible aux attentes de mon patient ; je dois les connaître, ne serait-ce que pour les réorienter. C'est extraordinaire de pouvoir dire à quelqu'un : "Oui, je peux vous donner ce que vous espérez et j'ai même les moyens de vous donner mieux !".

Q : Une réflexion approfondie autour du patient vous est donc nécessaire. Mais la décision d'agir, de quoi dépend-t-elle pour vous ?

R : Permettez-moi d'abord de reformuler votre première phrase ; je ne dirais pas seulement qu'il faut réfléchir autour du patient, il faut aussi réfléchir avec le patient.
Ne dit-on pas que "le mauvais médecin parle du malade, alors que le bon médecin parle au malade". Ceci va permettre, non seulement de bien appréhender ce fameux couple chauve / calvitie, mais aussi de décider, ensemble, thérapeute et patient, de la marche à suivre.
La décision d'agir est une décision commune, dans laquelle je ne dois pas forcer la main à mon patient, mais dans laquelle je ne dois pas non plus me laisser entraîner par un patient pressé ou mal informé vers des solutions inadaptées. Et tout ceci ne peut se faire en bonne harmonie que si on a pris le temps de bien se connaître…

" Aimez que l'on vous conseille et non pas que l'on vous loue "
(citation de Boileau)