microgreffe capillaire : accueil microgreffe capillaire : contact microgreffe capillaire : forum
 

 

JE PERDS MES CHEVEUX

le cheveux est un élément vivant, qui,
comme tous les organismes vivants,
naît, vit et meurt.

  microgreffe capillaire : perte cheveux
la microgreffe
technologie de pointe
microgreffe capillaire : FAQ
microgreffe capillaire : presse

 

 

 

 

Le rythme de la chute

- Chutes passagères
- Chute saisonnière

Les 4 formes de l'alopécie

L'alopécie chez l'homme

- Traitements médicamenteux

- Remplacements capillaires
- L'avenir

L'alopécie chez la femme

- Classification
- Causes hormonales
- Causes diverses

Conseils et entretien

- Anatomie du cheveu
- Vie du cheveu
- Critères de santé du cheveu
- Types de cheveux
- L'hygiène du cheveu
- La cosmétique du cheveu
- Le langage du cheveu

 



Les causes hormonales

Des changements hormonaux importants, comme la ménopause ou un accouchement, peuvent accélérer la perte de vos cheveux.

La grossesse

En effet, pendant la grossesse, le modifications hormonales de la femme font que les cheveux en place ralentissent leur cycle pilaire, et, tomberont donc en plus grande quantité après la "délivrance". Les cheveux reprendront place 4 à 6 mois plus tard, pour parfois retomber, quelques années après, à la ménopause !

La ménopause

Phénomène nouveau ou déjà en place, les lésions se manifestent par une altération progressive des bulbes ou une fragilisation des tiges pilaires. La baisse des sécrétions ovariennes favorisera la chute des cheveux. L'hormone de la femme, la progestérone, est indispensable à une chevelure en pleine santé.

L'hormone mâle (androgène), en petite quantité chez la femme, a un rôle néfaste et destructeur sur le cheveu en raccourcissant le cycle pilaire par excès de sécrétion. C'est toujours cette cadence infernale qui est la cause de toute chute de cheveux.

Malheureusement, chez la femme aussi, la présence de testostérone accentue le rythme des cycles pilaires provoquant les mêmes conséquences que chez l'homme. Bien que le dégarnissement chez la femme soit moindre, il est tout de même visible sur des zones anatomiques précises. De plus, cet excès de testostérone fragilise les cheveux féminins par une baisse du diamètre et de la densité des cheveux. Les follicules finissent par ne produire que du duvet avec une extrême fragilité des tiges pilaires, une perte de la brillance entre 50-60 ans, vitesse moyenne de pousse d'un cheveu est de 0,37 mm/jour. Au-delà de 70 ans, 0,33 mm/jour. Les sécrétions sébacées augmentent.