microgreffe capillaire : accueil microgreffe capillaire : contact microgreffe capillaire : forum
 

 

JE PERDS MES CHEVEUX

le cheveux est un élément vivant, qui,
comme tous les organismes vivants,
naît, vit et meurt.

  microgreffe capillaire : perte cheveux
la microgreffe
technologie de pointe
microgreffe capillaire : FAQ
microgreffe capillaire : presse

 

 

 

 

Le rythme de la chute

- Chutes passagères
- Chute saisonnière

Les 4 formes de l'alopécie

L'alopécie chez l'homme

- Traitements médicamenteux

- Remplacements capillaires
- L'avenir

L'alopécie chez la femme

- Classification
- Causes hormonales
- Causes diverses

Conseils et entretien

- Anatomie du cheveu
- Vie du cheveu
- Critères de santé du cheveu
- Types de cheveux
- L'hygiène du cheveu
- La cosmétique du cheveu
- Le langage du cheveu

 



L'avenir

La recherche des traitements médicaux

Depuis 1967, des expérimentations sont menées dans ce sens. La multiplication des cheveux est un rêve que caressent beaucoup de chercheurs et de patients.

En 1997, un groupe de 4 chercheurs étudie et réussit à identifier les cellules qui, réimplantées, sont capables de donner de nouveaux cheveux.


Un chercheur Anglais parvient à déclencher leur croissance par l'implantation de ces cellules souches. Une autre voie consisterait à produire en laboratoire des cheveux complets, prêts à la greffe.

Fin Janvier 2001, l'INSERM annonce la découverte de cellules "multi-potentes" capables en culture de reconstituer une peau dans toute sa complexité. L'épiderme mais aussi les structures annexes dont les cheveux pourront peut-être un jour être reproduits à volonté. Ceux-ci pourraient alors être extraits et ensuite réimplantés tout comme lors d'une séance de greffe classique !

La greffe hétérogène

L'année dernière, un médecin anglais, le Dr Colin Jahoda a réussi le singulier exploit de greffer quelques uns de ses cheveux sur le bras de sa femme. L'analyse génétique des cheveux obtenus prouve la présence de cellules masculines à la base du cheveu, et féminines au sommet.
Cette expérience ouvre de grandes perspectives d'avenir. Il suffirait de multiplier les cellules qui induisent la repousse avant de les réimplanter chez un même individu plutôt que de chercher à développer un cheveu complet en laboratoire.